0 Flares 0 Flares ×

Fabian MANCEAU a adhéré il y’a peu au Taillefer Trail Team. Il se présente :

• Peux-tu te présenter en quelques mots ?
J’ai 42 ans. J’ai changé de région en 2014 en quittant la Bretagne pour Annecy où j’ai passé quelques mois, puis en m’installant à Grenoble au printemps 2015. Je passais tous mes congés dans les Alpes depuis une dizaine d’années, été comme hiver, il était temps de franchir un cap.

• Tu pratiques la course nature ou le trail depuis longtemps ?
Mon premier trail remonte à 2004 sur le trail estival de Plourhan (Côtes d’Armor) qui a disparu depuis. Il reste la version hivernale, le Trail Glazig qui est assez renommé.

• Comment es-tu venu à la course nature ?
Après mes études parisiennes au cours desquelles j’ai commencé à courir sur les grandes classiques de la capitale, je suis revenu en Bretagne alors que le trail montait en puissance et j’ai été pris dans la vague, même si je continuais à courir sur route ainsi que les cross.

• Quelles sont tes motivations pour pratiquer le trail?
C’est le plaisir de découvrir et de traverser les espaces ! Surtout en montagne. Je trouve la discipline ludique du fait de la variété des terrains.

• A quelle épreuve rêves-tu de participer ?
Sincèrement, je n’ai pas de grand rêve de trail, je me contente de KV et de courtes distances. Peut-être la Dolomites Skyrace à Canazei…

• Ton meilleur souvenir de course nature ?
Une victoire surprise pendant mes vacances à Pralognan en juillet 2010, sur le Tour de l’Aiguille de la Vanoise (15 km) qui se déroulait en parallèle du TGV. Je précise qu’il y avait seulement une quarantaine de participants et que je n’ai plus rien gagné depuis …

• Où rêves tu de courir hors compétition ?
J’aimerais bien découvrir les montagnes du Colorado, du côté de Boulder.

• Quels sont tes objectifs cette année ?
Pour 2018, je songe au Ventoux, à la Skyrace de Montgenèvre et au trail de l’Ubaye. J’espère pouvoir faire quelques épreuves de ski de fond entre-temps.

• En quelques mots, peux-tu nous présenter un de tes spots d’entrainement ?
La montée du Saint-Eynard est une bonne solution pour s’échapper de Grenoble quand le temps manque.

• Comment as tu découvert le TTT ?
Je crois avoir découvert le nom du club dans les résultats des courses. En arrivant sur Grenoble, j’ai rejoint l’ASPTT, mais c’était compliqué de s’intégrer pour des raisons pratiques. J’espère faire mieux au TTT.

0 Flares Twitter 0 Facebook 0 0 Flares ×

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *