0 Flares 0 Flares ×

Juliette BLANCHET, Team Trail Isostar et Taillefer Trail Team, a remporté le dernier GRP 80 (Grand Raid des Pyrénées, Vielle-Aure (65), 21-24/08/2014, 80 km (le Grand), 5000 m de d+). Suite à cette magnifique performance, elle nous livre ses impressions :

• Après ta remarquable performance au GRP 80, dans quel état d’esprit es tu ?

D’abord je ne pense pas que ma performance soit « remarquable ». Quand je vois les perf, remarquables elles, des filles sur l’UTMB ce week-end, je suis à des années lumières! Ceci dit pour mon niveau, j’ai fait une belle perf sur ce GRP 80. Mon état d’esprit est bon. Je n’ai aucune douleur et toujours envie de courir, donc tout va bien.

• As tu bien récupéré ?

Je ne suis peut-être pas encore à 100% mais pas loin. Suite au GRP j’ai pris 5 j de repos complet sans courir (de dimanche à jeudi compris). Vendredi et samedi j’ai fait 2 séances de qualité (un peu moins haut au cardio que d’habitude pour ne pas trop tirer). Hier avec Cyril on a fait une sortie longue (Pic de Belledonne). Je n’ai pas de douleur et les jambes répondent pas mal. Tout va bien.

• En quelques mots peux tu nous raconter ta course ?

Je suis partie assez prudemment, sans m’emballer sur les 15 premiers km roulants. Ensuite une fois qu’on a attaqué la partie montagne plus technique, je suis remontée de la 3-4ème place à la 1ère sans même vraiment essayer de remonter tout ce monde. Je suis juste plus à l’aise que d’autres dans les cailloux. Ensuite j’ai essayé de maintenir le rythme. Je n’ai eu aucun coup de mou et donc j’ai continué à doubler un peu de monde tout le temps. Je me suis bien donnée sur les derniers km pour passer sous les 12h. Contente d’avoir réussi à quelques secondes près!

• Comment as tu géré ton alimentation sur cette épreuve ?

Déjà j’avais l’assistance de mon frère et c’est bien utile sur ce genre de courses. Il a pu m’assister à 4 points, me redonner des barres, me remplir les bidons. Ca m’aide beaucoup de pouvoir manger et boire les choses dont j’ai l’habitude et qui passent bien. Par deux fois, il m’a donné 1 sandwich pain de mie-jambon-kiri. On a déjà vu plus gourmand mais en course ça passe bien. L’avantage c’est que ça permet de couper du sucré et que ça force à mâcher, ce qu’on fait très peu avec les barres et gels. C’est la 1ère fois que je faisais ça (sur les conseils d’un collègue du team) et c’est sûr je vais le refaire (en changeant un peu la recette quand même car je pense que ça pourrait être meilleur, tant qu’à faire, autant se faire plaisir!)

• Comment vas tu gérer ta fin de préparation à la Diagonale des fous ?

Le week-end prochain, sûrement 1-2 sorties longues tranquilles. La semaine suivante, le trail de Serre Chevalier (45km), 1 semaine de récup puis un dernier bloc de 3 jours de sorties longues (3 semaines avant le GRR). Ensuite ce sera la période d’affutage où il faudra moins courir même si les jambes me démangent… J’espère qu’il pleuvra, ça me facilitera la tache! Je serai sur place à la Réunion 1 semaine avant le départ. J’aimerais reconnaitre en rando-course les 2 dernières bosses (40 derniers km).

• Question subsidiaire, à laquelle tu as le droit de ne pas répondre !!! Les France de Trail auront lieu l’an prochain au Sancy. Aura-t-on la chance de te voir y défendre les couleurs du team ?

Argh si les championnats de France étaient en avril je signerais tout de suite! J’aimerais beaucoup courir pour le TTT mais j’avoue que le mois de septembre n’est pas ce qui m’arrange le plus. Je ne sais pas encore quelle grosse course je mettrai à mon programme en 2015 mais il y aura à coup sûr un 160km (voire plus…) et ce sera sûrement en fin d’été ou automne. Donc fin septembre risque de ne pas tomber au mieux. A voir en début d’année prochaine avec mon calendrier sous les yeux!

Podium du GRP 80 2014

0 Flares Twitter 0 Facebook 0 0 Flares ×

19 thoughts on “Interview de Juliette BLANCHET au sujet de sa victoire sur le GRP 80 2014

  1. Et bien chapeau! ça a l’air tellement facile… Pour le ravito salé je te conseille la recette suédoise « saumon sauvage, aneth et ricotta ». Perso je prends des bretzels pour couper le sucré, c’est léger, petit et bien salé en plus j’ai l’impression d’être à l’apéro. J’espère qu’il y aura un suivi live du GRR, j’adore passer mes WE devant mon écran!!

  2. pain de mie non!!!!!!! pain au lait kiri ou boursin noix jambon, c’est de la balle! tout comme le pain au lait chèvre miel!!! lors de notre off 40km 4000md+ dans le valmontheys j’avais tourné a ca et j’avais kiffé!!!

    a bientot juliette si des fois tu veux venir en montagne un vendredi avec moi, je suis là

    mayou

  3. Bravo Juliette, et on dirait que tu as déjà bien récupéré !!
    Pour le ravito salé, les petits bouts de pizza ça passe pas mal aussi 🙂
    Bonne fin de prépa pour la Diagonale !

  4. Ok d’accord !! J’ai cru que je m’étais trompé , mais non je suis bien sur un site de recette culinaire. ……moi bien sûr je prends toujours des barres au couscous il faut juste faire gaffe aux petits os j’en prends 2 à 3 kg Le plus lourd c’est le réchaud et la couscousière mais c’est meilleur que les paella en barre.

    1. ah mais ça existe ! tu connais pas les journey bar ? goût pizza, goût poulet curry, vraiment bon en plus 🙂

  5. Le couscous, je note Isma, j’y avais pas pensé…..
    Mayou mon problème avec le pain au lait c’est que je voudrais qqch qui ne soit que salé (pas sucré du tout). Miel chèvre en temps normal je signe mais pareil, c’est sucré.
    Kaolla, les journey bar j’en ai entendu parler (souvent en bien) mais jamais testé. Mais pareil c’est sucré-salé non? Et puis ce que je veux avec le ‘dwich c’est retrouver des goûts et textures de trucs que je mange en temps normal donc pas de barre. La pizza ça pourrait le faire niveau goût mais c’est pas un peu lourd à digérer (gras)?
    Gillou les bretzels, tiens j’y avais pas pensé mais ce qui m’a aidé avec le dwich c’est aussi que j’ai du macher et ça m’a fait du bien pour la digestion.

    Tout ça pour dire que le concours « trouver une recette salée pour Juliette » est toujours ouvert! A vos fourneaux! 😉

  6. Salurt Juliette,! Encore toutes mes félicitations! Je sais que ce n’est pas salé mais j’en ai utlisé en goût neutre pour la CCC ce sont les barres Grany noisettes : ça ne te laisse pas un goût de sucré dans la bouche. J’ai moi aussi lutté contre ce phénomène désagréable, des petits morceaux de fromage, mais tu peux trouver trop salé après coup. Finalement j’ai trouvé qu’un simple morceau de pain mâché longuement dans la bouche faisait disparaître ce goût sucré dans la bouche qui après plusieurs heures de course peut vraiment sembler handicapant; tu cherches à le faire disparaître et tu es moins dans ta course.
    Petite toi qui a décidé de participer au GRR (et de finir bien entendu!) et de faire une saison sans bâtons, comment t’ont semblé les difficultés sur le GRP80? Penses-tu qu’avec les bâtons tu aurais pu faire un meilleur temps et te manquent-ils?

  7. Désolé Juliette, je viens de m’apercevoir qu’il manquait quelques mots… ;-). A la fin « Petite toi » je voulais écrire « Petite question ». Ca se trouve tu es plus grande que moi en plus 🙂

  8. @mister t : le gillou il m avait fait rigoler a l utv l annee derniere avec ses bretzels perso j aime pas ca du tout meme a l apero
    @juliette : moi depuis peu je prends dans mon sac des tranches de saucisson , ca aide a macher car tu as raison gels et autres ne le font pas et c est tres important !!!! bref bref encore une fois enorme bravo championne !!!!!

  9. Pour répondre à Sylvain: si je suis plus grande que toi c’est que tu n’es vraiment pas grand! 😉
    Pour les bâtons: Dur à dire… Ce qui est sûr c’est que sur les parties très raides, ceux qui les avaient autour de moi me prenaient quelques mètres mais je les rattrapais en descente. Mon expérience est que
    1) il faut vraiment plusieurs mois pour être efficace sans bâtons quand on a l’habitude de les avoir. Pareil dans l’autre sens.
    2) ne pas avoir à les ranger/replier/prendre à la main à chaque descente ou partie roulante, c’est quand même un gain d’énergie,
    3) ne pas en avoir m’aide à mieux m’alimenter (car sur ultra je voyais bien que parfois je repoussais le moment de prendre une barre car j’avais la flemme d’enlever les bâtons, pourtant ça prend 3s…)
    4) je suis mieux sans bâtons dans les descentes (je les prenais de toute façon à la main)
    MAIS
    5) les bâtons reposent le dos,
    6) en cas de gros moins bien dans les jambes, c’est bien de pouvoir compter sur les bras.
    7) dans les montée très raide, c’est une aide indéniable.
    Bref ça doit être match nul!
    L’an dernier je les prenais dès qu’il y avait plus de 5000+. Maintenant que j’ai fait une saison sans bâton, je t’avoue que je serais bien embêtée d’avoir à choisir.

    Ricardo tu m’as bien fais rire avec tes tranches de saucisson! Ca c’est de la diététique!! 😉

  10. Merci Juliette d’avoir pris le temps de me répondre aussi précisément :-). la CCC était mon premier ultra et sans bâtons ce jour-là dans les montées cela aurait été très difficile. La Diagonale me trotte aussi dans la tête comme beaucoup de monde je pense mais quant à faire une saison sans bâtons pour la préparer…ça me paraît vraiment difficile. Déjà refaire la CCC si je suis pris afin d’améliorer mon temps ce qui ne devrait vraiment être trop difficile à conditions météos identiques, puis faire l’UTMB ou la TDS ou pire le GRP160, ou l’UT4M, ou l’Echappée Belle et après envisager de la préparer. Je viens de franchir une première marche mais il en reste quelques unes avant de tenter cette folie de Diagonale!
    Je te souhaite une bonne récupération, régénération et un peu de préparation avant de t’envoler vers l’Océan Indien.
    Nous serons beaucoup je pense à jouer les insomniaques pour suivre ta progression et voir le premier finisher du TTT sur la Diag être une femme comme pour l’UTMB 🙂 ;-)!!!!
    Allez Juliette!!!
    Bon les gars il faut se réveiller!!!! Il manque un premier finisher de l’UT4M, GRP160, Echappée Belle, Montagn’Hard : que des ultras faciles. L’ultra trail du Morbihan c’est de la triche je vous préviens les mecs ;-)!!! et c’est trop loin de vos bases grenobloises ;-).

    1. @ Sylvain :
      Tu as raison, les filles nous mettent la pression. Et pas la bonne… celle que l’on boit !
      Les gars ce n’est pas terminé avec la mutation d’Elisa BOLLONJEON qui va en chatouiller plus d’un. Cela commence pour elle, sous nos couleurs, ce dimanche sur l’Infernal Trail des Vosges (manche TTN).

  11. Oui Sylvain, ne brule pas les étapes! Pour info j’ai fait 6 courses>100 km avant de me lancer sur l’utmb l’an dernier. La diag cette année c’est presque trop tôt…

    Et oui attention les gars, les filles du TTT sont partout, du court à l’ultra!!!

  12. Merci Juliette pour le topo sur les bâtons. J’avoue que j’ai exactement le même problème : je ne sais jamais trop s’il faut les prendre ou pas… Ils me gênent plus qu’autre chose dans les descentes, dans les sentiers trop étroits ou trop techniques, aux ravitos, mais ils sont quand même bien utiles dans la gadoue, dans les montées raides ou en fin d’ultra quand on a plus rien dans les jambes. Du coup j’ai tendance à m’entraîner sans et à les prendre seulement en course >= 80km. Le combo parfait pour le jour de la course avoir des crampes aux bras qui du coup ne sont pas habitués… 🙂

  13. Carole, pour tes bâtons…c’est bien j’ai vu que tu n’avais pas pris de mono-brins comme à Annecy.
    Pour ce qui concerne tes crampes au niveau des bras es-tu sûre d’employer la bonne technique?
    Je t’invite à regarder regarder cette vidéo : http://www.youtube.com/watch?v=3Pvod9VWh7E
    C’est une vidéo extraite du cd vendu avec le guide de l’ultra-trail de Guillaume Millet que je me suis fait offrir à Noël dernier, livre que j’ai re dévoré cet été et revu le dvd avec les différentes explications.
    Sur la reco utmb que j’ai faite au mois de juin le dimanche du marathon du Mont-Blanc nous sommes partis de Champex pour rejoindre Chamonix. Il avait plu toute la nuit et une petite pluie fine était encore présente lorsque nous sommes partis au petit matin. J’avais mis ma veste mais pas les gants ‘chauds et imperméables’ et j’ai commencé à avoir froid aux mains et surtout aux doigts dans la descente de Bovine, le contact du métal des bâtons ne facilitant pas le réchauffement de mes doigts engourdis. Trop tard pour mettre des gants lorsque les mains sont déjà mouillées.
    J’ai donc voulu me débarrasser de mes bâtons. j’ai pu en dévisser un entièrement mais il a fallu qu’on m’aide pour l’autre, et les ranger ensuite dans le sac qu’ils n’ont plus quitté de la journée.

    Résultat : je suis aller m’acheter des Leki que l’on peut désarticuler pour les descentes (voir certaines des photos de mon cr), cela prend 5-10 secondes et tu envoyer avec tes ‘nunchaku’ 😉
    C’est un investissement à faire car j’ai vu que tu dois avoir la gamme triple-brin dévissable.
    C’est vraiment très souple comme utilisation car mou aussi je ne suis pas à l’aise dans la boue et les bâtons me sont très efficaces!

    Pour en revenir à la technique, en re-visionnant la vidéo je me suis entraîné à bien faire une poussée longue qui finit bien derrière le corps, le grand dorsal participe au geste ce qui soulage un peu les bras. J’ai bien senti mes omoplates après l’arrivée, cela devient vraiment un sport complet,!
    Tu as mal vraiment partout! 😉

    J’espère que j’ai pu un peu t’éclairer…

    Et pour l’entraînement j’ai tout le temps utilisé les bâtons dès que je les ai achetés (fin juillet) sur les parties vallonnées et même un peu sur le plat afin d’essayer d’avoir le geste le plus efficace et en ne laissant pas ‘traîner ‘ les bâtons comme souvent quand je croise des marcheurs nordiques : c’est le 4ème type de population dans mon bois le dimanche matin: d’abord les joggeurs, puis les traileurs, les marcheurs nordique et enfin les promeneurs, sans compter les vététistes.

Répondre à Juliette Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *